Les métiers sur les trottoirs

Les métiers sur les trottoirs – ©Mathilde Tuyet Tran, France 2015, http://mttuyet.fr

Depuis plusieurs années et durant nos voyages au Vietnam, on aime bien regarder et admirer les gens qui travaillent dans la rue, sur les trottoirs. Ils sont de tous métiers qui travaillent soit sous le soleil, soit sous la pluie. Très souvent, ce qui me touche, c’est leur sourire qu’ils m’offrent, juste pour prendre gratuitement une photo, ou pour un petit service, qui ne coûte pas cher. Pour changer une pile de montre, mon horloger a nettoyé ma montre sans demander un « plus ». Pour réparer un trou dans mon pantalon, ma couturière sourit, c’est rien, pas d’argent !…Pour réparer un téléphone portable que personne en Europe veut réparer, mon « ouvrier réparateur » de téléphone trouve la pièce défectueuse en 2 ou 3 coup de fils, se la fait livrer, le répare, puis le livre personnellement à l’hôtel où on habite, mais en voyant le pourboire, il disait: c’est de trop !
Le cadre de travail est si simple: on sait faire quelque chose ? on s’installe dans la rue, sur le trottoir, sous un parasol ou sous l’ombre d’un arbre, et on travail. Sans diplôme d’état, sans certificat, sans patron, on est patron soi-même. Les clients reviennent toujours, quand on a bien travaillé.
Du Nord au Sud on rencontre des travailleurs aimables, prêts à servir sans être gourmand. Parfois, on peut reprocher que les uns ne sont pas aussi soigneux que les autres, mais une chose est certaine, les gens de mon pays natal sont des bosseurs et les femmes sont plus bosseuses que les hommes !

Le soleil est absolument éblouissant mais cette couturière continue à coudre sur le trottoir, protégée par l’ombre d’un grand arbre. Elle prend tous les commandes de couture et de teinture, faits sur place, livrés sur place, avec un joli sourire ! Photo: MTT 2015

Un bijoutier travaille attentivement sur sa petite table, il crée tous les bijoux sur commandes individuels. Photo: MTT 2015

Si la plage est tellement propre pour les pieds des touristes, c’est grâce aux femmes qui ramassent les déchés un par un avec une pique ou à la main avant le levé du jour. Ces déchés sont ramenés par les vagues des bateaux de containers, des égouts de la ville sur le sable. Un travail de titan de chaque jour !

On veut une cuisine sur mesure ? L’atelier se trouve sur le trottoir et vous réalise tous vos rêves de cuisine en inox ! Photo: MTT 2015

Un jeune mécanicien travaille debout dans son « bordel », toujours le même homme, le même boulot depuis des années. Photo: MTT 2015

Les fondeurs de bronze et de laiton travaillent aussi par terre et sans aucune protection. Il fait déjà chaud, 38° dans l’air, mais à côté de ce lieu de travail, on a encore plus chaud. Apparemment ils sont habitué à cette chaleur et ne sont pas en sueur, comme nous. Photo: MTT 2015

Les femmes vietnamiennes sont réputées de travailleuses, on les voit travailler partout, même des travaux lourds. Une équipe de femmes en bleu de travail a rempli en un clin d’œil un très grand parterre de fleurs au bord du lac. Elles commencent très tôt pour finir avant midi. De midi à quatre heures il fait très chaud et lourd. Photo: MTT 2015

Le jour vient de se lever, la ville est encore couverte d’un film de brouillard, les hommes habillés en jaune ont déjà débarqué sur l’îlot du lac Hoan Kiem, au centre de Hanoï, pour faire le ménage: ils installent un nouvel éclairage pour la tour de la Tortue. La vieille tortue dort encore au fond du lac. Photo: MTT 2015

Dans l’ombre on peut réparer un tricycles à midi, pour continuer la livraison après la sieste des autres. Photo: MTT 2015

On n’a ni atelier ni place dans la maison ? Pas de problèmes, on répare une camionnette sur le trottoir. Les piétons passent sur la chaussée et personne ne grogne. Photo: MTT 2015

On a acheté un pot de fleur gigantesque et lourd ? Quelqu’un vous le transporte sur une moto à domicile, pour l’équivalent de 2 euros. Photo: MTT 2015

Le tri des ordures est fait par les gens qui les ramassent. Ils vendent les ordures triés pour les commerçants intermédiaires, qui revendent à leurs tours en grosse quantités aux usines de recyclage du papier, du plastique, du verre, du métal … Photo: MTT 2015

Des chaussures en bois sont la tradition au Vietnam, les femmes les portent pendant la saison de pluie. On choisit d’abord les semelles en bois, et puis le haut de toutes sortes de couleurs, avec ou sans fleurs (étanches), la vendeuse les rassemblent sur votre mesure de pieds tout de suite, avec un marteau et les clous, et vous partez avec vos chaussures neuves en bois, prêtes à porter. Photo: MTT 2015

On voit souvent les marchés au bord des rues, des routes et par terre. Les gens y vendent toutes sortes de marchandises. Ici, c’est le rayon des poissons fraîchement pêchés de la mer. Les prix sont moins élevés que dans les grands marchés couverts ou dans les super-marchés modernes. Photo: MTT 2015